• 16.10.2018
  • Comunicato stampa
  • Commissione di esperti criosfera
  • Accademia svizzera di scienze naturali

Une année d’extrêmes pour les glaciers suisses

Un immense moulin glaciaire sur le glacier de la Plaine Morte (BE), traversé par le lac glaciaire de Faverges à la fin juillet 2018.
Immagine: M. Huss
×
Un immense moulin glaciaire sur le glacier de la Plaine Morte (BE), traversé par le lac glaciaire de Faverges à la fin juillet 2018.
Un immense moulin glaciaire sur le glacier de la Plaine Morte (BE), traversé par le lac glaciaire de Faverges à la fin juillet 2018. (Immagine: M. Huss)

Au cours de l'été caniculaire 2018, les glaciers ont enregistré des pertes massives. Sans les énormes quantités de neige tombées en hiver, la fonte aurait été encore plus spectaculaire. Avec une accumulation d'années extrêmes, les glaciers suisses ont perdu un cinquième de leur volume au cours des 10 dernières années, rapporte la Commission d'experts pour réseau de mesures cryosphère de l'Académie des sciences naturelles.

Selon des mesures effectuées sur 20 glaciers dans toutes les régions du pays, le bilan de masse des glaciers - c'est-à-dire l'équilibre entre la croissance due à la neige et les pertes dues à la fonte - est à nouveau fortement négatif. C'est d'autant plus remarquable qu'en avril et en mai, des hauteurs de neige record ont été mesurées sur quelques glaciers. En Valais notamment, les glaciers au début de la période de fonte ont été exceptionnellement bien enneigés avec jusqu'à 70% de neige de plus que la normale. Cependant, la protection assurée par l'épaisse couche de neige était loin d'être suffisante en raison de la chaleur estivale persistante. Par la suite, les glaciers ont perdu un volume massif jusqu’à la fin du mois de septembre. De nombreux glaciers ont perdu 1,5 à 2 mètres d'épaisseur moyenne de glace, parfois beaucoup plus. Grâce à la neige hivernale, la perte d'épaisseur dans le sud du Valais a été inférieure à 1 mètre (p. ex. Glacier d’Allalin, Glacier de Findelen et Glacier de Giétro).

Les petits glaciers se désintègrent

Pour l'année hydrologique 2017/18, une perte d'environ 1400 millions de mètres cubes de glace est estimée pour l'ensemble des quelque 1500 glaciers suisses. Le volume actuel des glaciers a ainsi diminué de plus de 2,5 % cette année. Au cours des 10 dernières années, un cinquième de la glace restante a été perdu. Cette perte permettrait de couvrir uniformément toute la Suisse d'une couche d'eau de 25 cm de haut. L'accumulation de la chaleur de l'été rend les petits glaciers particulièrement difficiles à gérer; beaucoup d'entre eux se décomposent vraiment

Neige abondante en hiver, presque pas en été

Après trois hivers plutôt maigres, 2017/18 a été très neigeux en montagne. A la suite d’un début d'hiver précoce début novembre et des chutes de neige supérieures à la moyenne en décembre, le mois de janvier, en particulier, a été extrêmement pluvieux, mais aussi très chaud. Les précipitations à basse altitude ont surtout été sous forme de pluie, de sorte que l'épaisseur de la neige en dessous de 1000 m n'a souvent été que la moitié de la moyenne à long terme. En altitude, par contre, de 2,5 à 6 mètres de neige sont tombés dans certaines régions entre la fin décembre et la fin janvier. C'est en Valais qu'il a le plus neigé - dans les vallées sèches de Visp, autant que l'on peut s'y attendre tous les 70 ans seulement. Jusqu'à la fin du mois de mars au-dessus de 2000 m, il y avait encore jusqu'à deux fois plus de neige que d'habitude. L'épaisseur de la neige en 2018 a été plus élevée que jamais au cours des 20 dernières années. Pendant les mois très chauds et secs d'avril et mai, l'épaisseur de la neige a nettement diminué et a atteint des niveaux normaux partout jusqu'au printemps, sauf dans le sud du Valais. Par conséquent, les champs de mesure de neige ne se sont pas ouverts plus tard que d'habitude malgré les grandes quantités de neige en hiver.

Selon MétéoSuisse, l'été dernier (juin-août) a été le troisième plus chaud depuis le début des mesures après 2003 et 2015; le semestre d'été (avril-septembre) a été le plus chaud jamais enregistré. Outre les températures élevées, le semestre d'été a été marqué par la sécheresse. Par conséquent, il y avait très peu de neige fraîche sur les glaciers. Par exemple, sur le Weissfluhjoch (2540 m) entre le 17 mai et le 4 septembre, il n'y a pas eu un seul événement avec plus de 1 cm de neige fraîche. Depuis le début des mesures il y a 81 ans, il n'y a jamais eu aussi peu de neige fraîche en été. Pendant 87% de tous les jours d'été, la température, même à cette altitude, n'est jamais descendue en dessous du point zéro.

Le Réseau suisse de relevés glaciologiques (GLAMOS) est financé par l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), MétéoSuisse dans le cadre du GCOS Suisse (Global Climate Observing System), l'Académie suisse des sciences naturelles et swisstopo.

Tags

  • Clima
  • Criosfera
  • Ghiacciai
  • Neve
Mittente

Commissione di esperti criosfera

Mittente

Accademia svizzera di scienze naturali

Contatto

Dr. Matthias Huss
University of Fribourg
Geography Unit
Chemin du Musée 4
1700 Friburgo


E-mail

Portale tema: Criosfera

Neige, glaciers, pergélisol

En Suisse, il existe de nombreuses séries d’observation de l’évolution de la neige, des glaciers et du pergélisol uniques dans les Alpes. La commission d’experts de la cryosphère (CEC) est en charge de ces mesures et a pour tâche principale la documentation des changements de la cryosphère alpine sur le long terme. Ce portail présente une sélection de séries d’observation dans le domaine de la neige, des glaciers et du pergélisol et en explique les implications.