Argomenti

Wasser Meer Welle

Acqua

Le cycle de l'eau décrit le mouvement de l'eau sur la Terre. Bien que la quantité totale reste constante, l’état physique de l’eau peut changer durant sa circulation, c’est-à-dire être à l'état solide (= glace), liquide et gazeux (= vapeur d'eau). L'énergie du soleil est le moteur du cycle de l'eau. Pour cette raison le réchauffement planétaire de l’atmosphère influence le cycle hydrologique de façon déterminante : le fait que ce dernier s’accélère et que la teneur en eau de l’atmosphère change se manifeste par une augmentation des précipitations et de l’évaporation globale. Ces changements suivent des schémas géographiques et saisonniers spécifiques qui apparaissent de plus en plus clairement au fur et à mesure que le climat se réchauffe. Jusqu’à la fin du siècle, les précipitations augmenteront au nord de l’Europe et diminueront au sud du continent. Etant donné qu’on peut d’ores et déjà évaluer avec une certitude relativement grande les caractéristiques de la situation hydrologique future, une action est déjà possible. Il faut également tenir compte des mutations socioéconomiques qui auront un impact considérable sur la demande future en eau. Il convient donc de mettre en place une gestion intégrale de l’eau ainsi que des instruments de planification régionaux prenant en considération tous les aspects. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Eis Schnee Gletscher Berge

Ghiaccio e neve

Le changement climatique a une influence notable sur la cryosphère. (La cryosphère se réfère à toutes les régions de la terre dans lesquelles l'eau se présente sous forme de glace ou de neige. Cela comprend la glace marine, la neige, la glace glaciaire et le pergélisol). Ses effets dans le monde se manifestent de façon prononcée sur les deux inlandsis (Groenland/Antarctique), sur la banquise et la glace de lac et de rivière, ainsi que sur la neige, les glaciers et le pergélisol – des composantes très répandues en Suisse aussi. Tous ces milieux ont en commun de réagir aux changements de la température et/ou des précipitations. Les glaciers suisses fondent. Une grande partie d'entre eux aura probablement disparu à la fin du XXIe siècle. En haute montagne, les paysages seront de plus en plus faits de rochers, d'éboulis et de végétation éparse ainsi que de nombreux petits lacs. Ces lacs accroîtront le potentiel de risques naturels, mais offriront aussi de nouvelles opportunités. La saison de la neige va encore se raccourcir de plusieurs semaines et la limite pluie-neige s’élever de plusieurs centaines de mètres. Le pergélisol de haute montagne va fondre à long terme jusque dans ses couches les plus profondes, ce qui pourra occasionner des chutes de pierres ou éboulements. En Suisse, la transformation de la cryosphère a un impact sur différents domaines de l’environnement, de l’économie et de la société. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Menschen Fahrrad Velo Stadt Spazieren Laufen

Persone e società

Pour limiter l’élévation des températures à 2 degrés Celsius, il faut sortir du carbone. Les stratégies de décarbonisation doivent se fonder sur des innovations techniques. Cependant, la littérature sur l’effet rebond explique qu’un découplage absolu entre le développement de la prospérité et les émissions ne peut réussir que moyennant l’adhésion à des innovations sociales, servant de bases à une société respectueuse du climat : des styles de vie et schémas de consommation différents, de nouveaux concepts de prospérité et de bien-être ainsi que des normes et des systèmes de valeurs ayant comme ligne directrice la conservation des biens communs mondiaux. L’économie a beaucoup investi, ces dernières années, dans les mesures de réduction des émissions. En revanche, les rejets de gaz à effet de serre des ménages n’ont pratiquement pas diminué en Suisse pendant les deux décennies passées. La baisse des émissions dans le domaine du chauffage est contrebalancée par une augmentation dans les transports individuels. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
stazione treno trasporti pubblici

Mobilità

La mobilité est une condition essentielle au développement économique (transports de marchandises et marché du travail) et social (interactions sociales et loisirs). Surtout dans le domaine des loisirs, elle peut représenter une fin en soi et non pas se réduire à couvrir une distance de A à B. Cela se traduit par l’augmentation chaque année du degré de motorisation de la population de Suisse et du monde entier – et avec elle, du volume du trafic. En Suisse, les émissions engendrées par le secteur des transports émanent principalement du trafic routier de personnes et de marchandises. La tendance est aux voitures de plus en plus lourdes et puissantes: si ce phénomène s’accompagne d’une amélioration de leur efficacité énergétique, il se voit surcompensé par l’accroissement de la circulation. Selon la plupart des projections, le trafic aérien mondial annuel est appelé à progresser de cinq pour cent, tandis que l’efficacité énergétique des avions augmente de deux pour cent par année. Pour des pays industrialisés comme la Suisse, cela signifie que les éventuelles réductions des émissions de gaz à effets de serre émanant des transports routiers seront surcompensées par l’augmentation de celles engendrées par le trafic aérien pris en compte séparément. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Solar Solaranlage Installation

Energia

Le système énergétique, constitué de la mise à disposition et de l’utilisation d’énergie, génère en 2016 75 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre et 80 pour cent de celles de la Suisse. La réalisation des objectifs de réduction de ces gaz dépend donc essentiellement de la réussite d’une conversion vers un système énergétique à faibles émissions de CO2. Une grande partie des émissions mondiales de gaz à effet de serre est causée par la production d’électricité, et s’il n’y a pas de contre-mesures, il faut s’attendre ici à un doublement des rejets de CO2. Ces émissions pourraient être pratiquement éliminées en passant à du courant généré essentiellement à partir de sources renouvelables et à faible intensité de carbone. Les effets attendus du changement climatique sur le système énergétique suisse seront nettement inférieurs aux changements d’ordre démographique, économique et technique, du moins à court (2030) et à moyen (2050) terme. Les répercussions positives et négatives s’équilibreront tant au niveau de la demande que de l’offre ; il est même probable que les effets bénéfiques seront légèrement supérieurs. Les études relèvent néanmoins des risques au niveau des infrastructures énergétiques. Des incertitudes notables subsistent encore à long terme (seconde moitié du XXIe siècle). (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Wirtschaft Börsenkurse

Economia

Le réchauffement planétaire ne peut être ralenti que grâce à une coopération internationale et à une économie mondiale compatible avec le climat, et donc à faibles émissions de carbone. La conversion vers une telle économie mondiale va au-delà de l’évolution structurelle d’une économie de marché et implique des processus de transformation en profondeur. Il y a différentes raisons de parler d’une « grande mutation » – comparable peut-être aux seules révolutions néolithique et industrielle, les deux poussées majeures de la civilisation dans l’histoire de l’humanité. L'économie suisse (les entreprises, produits et techniques suisses) est la cause d’émissions de gaz à effet de serre, mais peut aussi contribuer à les atténuer à l’étranger, par exemple par des transferts technologiques ou en exportant des techniques à faibles émissions. Plus que des effets directs, ce sont probablement les répercussions indirectes des changements climatiques qui affecteront la Suisse le plus. Notre pays est inextricablement liée au tissu économique mondial, dont de nombreuses régions seront exposées à des changements sociétaux et économiques majeurs. Ces changements pourraient nuire considérablement à la rentabilité des investissements réalisés, tant en Suisse que dans le reste monde, et affecter ainsi les bâtiments et infrastructures bien plus durement que les conséquences directes du réchauffement planétaire. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Geo-Tourismus-2018

Turismo

Au niveau mondial, le tourisme côtier, le tourisme rural/ alpin et le tourisme du ski sont les plus concernés par les changements climatiques. En hiver, on observe déjà une détérioration des conditions d’enneigement aux altitudes les plus basses, à l’échelle de tout l’hémisphère nord : au Canada, en Scandinavie et dans l’espace alpin européen. Le changement climatique entraîne aujourd’hui déjà une détérioration des conditions d’enneigement hivernales. Une évolution qui affecte aussi le tourisme en Suisse, et particulièrement les domaines de sports d’hiver situés à moins de 2000 mètres d’altitude. L’accroissement potentiel des dangers naturels et les modifications du paysage augmentent la vulnérabilité du tourisme suisse et sont susceptibles d’occasionner des coûts élevés, directs et indirects, en cas de sinistre. Des opportunités se profilent cependant aussi pour le tourisme suisse, notamment avec l’allongement de la saison estivale du printemps à l’automne. Globalement, en Suisse, le tourisme devra s’adapter dans différents domaines et régions. La première priorité réside toutefois dans les mesures d’adaptation nécessaires pour réduire les risques de dommages liés aux catastrophes naturelles. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Stadtplanung Raumplanung

Sviluppo territoriale

L’évolution du climat modifie notre cadre de vie. Les principaux risques climatiques auxquels l’espace urbain est exposé dans le monde sont, suivant la situation géographique, les vagues de chaleur, la montée du niveau de la mer, les crues sur les côtes et le long des rivières, les épisodes de précipitations extrêmes, la sécheresse, les glissements de terrain, la pollution de l’air et la pénurie d’eau.
Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes et selon certaines estimations cette proportion atteindra presque 70 pour cent d’ici 2050 ; en Suisse, on s’attend même à un taux de 80 pour cent. L’augmentation de la densité de population, de bâtiments et d’infrastructures accroîtra la vulnérabilité des villes suisses. Mais l’urbanisation recèle d’autre part un grand potentiel de réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, avant tout par des mesures en matière d’aménagement du territoire et des infrastructures et par l’assainissement du parc immobilier. Il faut promouvoir les espaces urbains compacts à usage mixte, habités par un mélange de population, caractérisés part de courtes distances d’approvisionnement et bien dotés en voies piétonnes et pistes cyclables. L’assainissement du parc immobilier suisse et des infrastructures existantes permettrait de réduire les émissions de 50 à 80 pour cent par rapport au niveau de référence de 1990. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Landwirtschaft Alpwirtschaft Kuh

Agricoltura

Le changement climatique augmente le risque de pertes de récolte dans d’importants secteurs de la production agricole, ce qui a des conséquences négatives pour la sécurité alimentaire de la population des pays pauvres. En Suisse, on s’attend, à court terme, à des effets positifs aussi bien que négatifs sur les rendements agricoles: Le réchauffement sera problématique pour les cultures telles que le blé d’hiver ou la pomme de terre. Le maïs et la vigne, en revanche, se porteront mieux pour autant qu’ils reçoivent suffisamment d’eau. A long terme, le risque de pertes dues à la chaleur et à la sécheresse augmentera aussi en Suisse. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
foresta temperata

Foresta

La réaction des forêts suisses aux changements progressifs du climat et aux événements extrêmes dépendra beaucoup de l’altitude. Aux étages supérieurs, la forêt gagnera du terrain et croîtra plus rapidement, alors que plus bas elle souffrira de la sécheresse. Les multiples services écosystémiques de la forêt seront déterminés par une combinaison d’effets complexes liés aux changements de l’utilisation du sol, aux chablis, aux feux de forêt, aux infestations par des insectes et aux attaques fongiques. Pour example l’épicéa risque de disparaître du Plateau suisse. Il est également menacé dans les forêts protectrices des régions de montagne, à des altitudes de plus en plus élevées. Cet arbre, le plus important de l’industrie forestière suisse, est sensible à la sécheresse et vulnérable à la prolifération du bostryche. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Biodiversität und Klima

Biodiversità

La biodiversité, c’est la multitude de formes que peut prendre la vie sur la terre. Malgré leurs différences, elles ont un point
en commun : elles dépendent les unes des autres. Des changements dans les conditions de vie d’une espèce ont des conséquences
sur les conditions d’une autre: Certains insectes vont par exemple manquer une période de floraison déterminante.
L’être humain profite de nombreux services écosystémiques fournis par la biodiversité qui nous offre, depuis toujours, des aliments pour nous nourrir, des fibres pour nous habiller, des matériaux pour construire et des substances pour nous soigner. Les écosystèmes intacts purifient l’air et l’eau, rendent les sols fertiles, nous protègent des crues et des éboulements, compensent les effets des changements climatiques. A l’échelle de la planète comme à l’échelle de la Suisse, la biodiversité et les services écosystémiques souffrent cependant de l’évolution que connaît notre environnement. (Source: Coup de projecteur sur le climat suisse 2016)
Klimakommunikation Kommunikation Klimawandel

Comunicazione sul clima

Si l'on veut mettre un terme au changement climatique, il faut discuter du thème du "climat". La communication sur le climat est donc un sujet essentiel pour le changement social. Mais il y a souvent un silence passif sur cette question complexe. Les barrières mentales, sociales et psychologiques font littéralement du changement climatique un problème d'une grande ampleur. Ces mécanismes doivent être compris - au lieu d'augmenter les appels et les rappels à l'action. Voici des questions importantes : Comment la communication sur le changement climatique peut-elle devenir plus efficace ? Quelle contribution la communication peut-elle apporter au succès du changement social, transformation majeure vers une société durable ? Comment peut-elle soutenir la prise de décision dans les processus politiques, sociaux ou entrepreneuriaux et motiver l'action pour arrêter le changement climatique ? (Source: Congrès K3 2017)
Coup de projecteur sur le climat suisse

Il clima svizzero sotto i riflettori

Faits et matériel supplémentaire du rapport «Coup de projecteur sur le climat suisse».
19th Swiss Global Change Day Teaser

Swiss Global Change Day

Le congrès «Swiss Global Change Day» présente les nouveautés de la recherche sur le climat et les changements globaux et esquisse les défis à venir dans le domaine de la recherche. Des jeunes chercheurs ont l’occasion de montrer les résultats de leurs recherches dans le cadre d’une exposition d’affiches et d’en débattre. Les meilleures affiches seront récompensées par un prix d’une valeur de 1000 francs.