• 12.03.2019
  • Comunicato stampa
  • Accademia svizzera di scienze naturali

Les inquiétudes des jeunes manifestants de la grève du climat sont fondées et justifiées

Klimastreik
Immagine: Klimastreik Schweiz
×
Klimastreik
Klimastreik (Immagine: Klimastreik Schweiz)

Plus de 12'155 scientifiques d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse soutiennent les préoccupations des manifestants de la grève du climat. Rien qu'en Suisse, il y a 1727 signataires. Selon la prise de position publiée mardi par les «Scientifiques pour l'avenir», les mesures actuelles pour la protection du climat, des espèces, des forêts, de la mer et du sol sont loin d'être suffisantes.

«Les jeunes exigent à juste titre que notre société se concentre immédiatement sur des solutions durables. Sans un changement profond et cohérent, leur avenir est en danger», écrivent les chercheurs dans la déclaration en langue allemande. Les mesures durables et respectueuses du climat doivent devenir simples et rentables, les mesures néfastes, au contraire, moins intéressantes et chères.

Antoine de St-Exupéry disait: «Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. Aujourd'hui la nouvelle génération nous demande des comptes: qu’avez-vous fait de la terre que vous nous avez empruntée?», rappelle Martine Rebetez, climatologue à l'Université de Neuchâtel et au WSL. «Leurs actions non-violentes mais efficaces ont ébranlé la politique et le public comme jamais auparavant. Elles pourraient transformer les prochaines élections en référendum climatique», déclare pour sa part Thomas Stocker, physicien du climat à l'Université de Berne. Sonia Seneviratne, chercheuse en climatologie à l'ETH Zurich, ajoute : «Les enfants qui ont actuellement 10 ans auront entre 30 et 40 ans lorsque nous aurons réduit les émissions de gaz à effet de serre à zéro afin d'éviter un réchauffement supérieur à 1,5°C. Ces jeunes devront donc vivre avec les conséquences, soit de nos actions, soit de nos absences d’actions actuelles.»

«Le changement climatique est une réalité dont l’être humain est pleinement responsable et dont les effets sont clairement perceptibles aujourd'hui. Pourtant, les engagements politiques actuels ne sont de loin pas suffisants pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux de Paris», déclare Reto Knutti de l'ETH Zurich et président de ProClim, le Forum pour le climat et le changement global de l'Académie suisse des sciences naturelles SCNAT. Le fait que tant de chercheurs aient signé la déclaration en quelques jours n’est pas une surprise pour lui.

La prise de position a été rédigée par des scientifiques provenant des sciences du climat, de la biodiversité, de la durabilité et des sciences sociales sur les processus de transformation.

Un appel similaire de chercheurs francophones a été lancé il y a 3 semaines de cela. Ils soutiennent cette jeunesse qui voit «la civilisation thermo-industrielle et le néo-libéralisme débridé les emporter vers le cauchemar climatique et l’effondrement du vivant.»

Vers la prise de position, ouverte aux signatures jusqu’au 14.03, 23:59.

  • Argomenti
    • Clima (449)
    • Cambiamento climatico (373)
    • Ricerca (310)
    • Scienza (191)
    • Energia (179)
    • Altri risultati
  • Organizzazioni
    • CHIPP (109)
    • Forum for Genetic Research (92)
    • Accademia svizzera di scienze naturali (92)
    • UFAM (88)
    • ProClim (70)
    • Altri risultati
Mittente

Accademia svizzera di scienze naturali